Confinement, déconfinement, ... Comment s'adapter au télétravail ?

La crise sanitaire a contraint des millions de personnes au télétravail. Quand certaines entreprises ont recours au travail à distance de manière systématique, d'autres préconisent l'alternance : quelques jours "en remote" et quelques jours au bureau.

Cette nouvelle tendance va-t-elle durer ? Comment s'adapter au télétravail ?

 

Le travail à distance, un sujet pas si récent 

 

En 2009, un rapport du Centre d’analyse stratégique prédisait que le télétravail pourrait concerner jusqu'à 50% de la population active française en 2015, une prédiction assez réaliste au regard du fort taux de tertiarisation des emplois. Sauf qu’en 2017, on était encore loin du compte avec seulement 3 % des salariés déclarant pratiquer le télétravail au moins un jour par semaine – dont 45 % le pratiquant un jour par semaine, 26 % deux jours par semaine et 29 % trois jours ou plus par semaine. Point à souligner, 61 % de ces télétravailleurs sont des cadres alors que ces derniers ne représentent que 17 % de la population salariée. 

Malgré la multiplication des outils de collaboration et des organisations du travail favorisant l’autonomie, la culture du présentiel est encore suffisamment ancrée en France pour que les salariés des grandes entreprises ayant la possibilité d’opter pour le télétravail, même très partiel, hésitent à le faire, par crainte « de ne pas être là où les choses se passent »… Ainsi, fin 2017, 72 % des salariés se disant favorables au télétravail n’envisageaient pas pour autant de formuler une demande dans ce sens auprès de leur employeur (Randstad 2018). 

Changement de cap obligé le 17 mars 2020 : « tous ceux qui peuvent télétravailler doivent télétravailler, c’est impératif », dixit le Premier ministre. Et même si les grèves de transport ont servi de galop d’essai à un certain nombre d’entreprises d’Île-de-France et des grandes agglomérations, personne n’est vraiment prêt !

 

Vers un télétravail durable et massif ?

 

Après le test de grande envergure qu’aura été le premier confinement, et les pratiques de travail à distance adoptées depuis en raison de la pandémie de Coronavirus, force est de constater que le travail "en remote" chez les cadres tend à devenir la norme, au grand désarroi de la plupart des Français.

Va-t-il pour autant se généraliser ? Au vu des sondages réalisés lors du premier confinement, difficile de l’affirmer :

  • D’après une enquête de ChooseMyCompany (10 000 répondants), 65,5 % des télétravailleurs étaient satisfaits du télétravail lors du premier confinement et se disaient prêts à continuer, mais 25 % ne l'étaient pas
  • Selon le baromètre Odoxa-BFM Business seuls 21% des actifs interrogés affirmaient qu'ils resteraient en télétravail total (14 %) ou partiel après le 11 mai, date du premier déconfinement.

Il en va de même lors de ce deuxième confinement : les entreprises - et a fortiori leurs collaborateurs - sont attachées au travail "en présentiel" et n'apprécient pas de travailler chez eux tous les jours de la semaine. Le Monde en a fait un article, intitulé "Le gouvernement peine à faire respecter le télétravail".

Call-Center-Télétravail

Se préparer à l'imprévu grâce à des outils cloud

 

Quel que soit votre point de vue sur la question, mieux vaut anticiper un confinement plus strict et opter pour des outils cloud, qui facilitent le travail à distance. C'est le cas de notre logiciel de centre d'appels : 

En moins de 24 heures, notre solution de centre de contact 100% cloud permet le passage de vos agents en télétravail : 

  • appels entrants avec "selfcare" pour anticiper vos pics d’activité de fin d’année
  • campagnes d’appels sortants pour accélérer votre business et maintenir le lien avec vos clients
  • technologie WebRTC pour s’affranchir des téléphones ou des softphones
  • visio-assistance pour dépanner vos clients sans vous déplacer

En mars dernier, Air LiquideDomiserve - La Banque PostaleAzureva, Mantrac-Caterpillar et des centaines de clients ont été accompagnés par nos chefs de projet dans la transition de leurs équipes en télétravail.

 

Je teste Diabolocom